Bandes et ciné

On parlera de BDs, de cinéma, et d'autres choses...

15 juin 2007

Festival d'Amiens (02-06-07) et résumé des épisodes précédents

Bon, allez, pour que Night arrête de râler, on va poster le résumé de ce chouette dimanche que j'ai passé il y a une semaine...et ce depuis mon tout nouveau tout beau PC portable...le kif.

Festival prévu un peu à l'arrache, et encore plus pour Eowyn qui décida de m'accompagner la veille au soir (que j'embrasse ici au passage...hop), mais très bon moment. Il faut dire que je connais un peu le festival d'Amiens, et que je sais qu'il est bien organisé, et bien situé. Et visiblement, c'est aussi le cas des auteurs quand on leur demande. Je ne saurais trop vous conseiller d'aller y faire un tour si vous avez le temps dans les années à venir.

Après une route sans histoires, si ce n'est un accident sur le N3 qui nous obligea à visiter Livry-Gargan trois minutes environ après être partis, on fait un premier tour, et Eowyn me lâche déjà pour aller chercher de l'argent, vu que et c'est pitet le point négatif du festival, la librairie ne prend pas la carte. Bref, j'en profite pour me faire dédicacer le gagnant du prix "Jeunes auteurs" de cette année, Yannick Corboz, qui présentait l'album "Voies off"  avec au scénario un type que j'aime beaucoup, Nicolas Pothier (mais dans un style quand même bien différent de son Ratafia).

Et une première très très belle dédicace, qui a mis une éternité à sécher :

Corboz


Puis, alors qu'Eowyn est revenu et attend sa dédicace de Corboz, je pars à la recherche de celui que je vais maintenant voir à chaque fois, tant sa gentillesse et son talent sont immenses : Loïc Sécheresse. Et comme j'avais déjà une dédicace sur son album, il me dédicace sympathiquement mon carnet, avec un splendide dessin de Belzébuth et Hécate, qu'il ne fait pas sur ses albums. Qu'il en soit ici très sincèrement remercié, surtout vu la qualité du dessin !

Secheresse

Et pis ensuite, j'ai rencontré le dessinateur de l'une des bds qui m'a le plus ému ces derniers mois : Pourquoi j'ai tué Pierre, d'Alfred et Olivier Ka. Il est difficile de parler de cet album traitant des attouchements sexuels subis par le scénariste durant sa jeunesse, mais croyez-moi sur parole quand je vous dis que c'est un indispensable.

Alfred est en tous cas une vraie crème, super sympa, et la dédicace ne l'est pas moins. J'irais le revoir dès que je le peux pour le Désespoir du singe, c'est sûr.

Alfred

Pause déjeuner pour manger un grec au bord du canal (après avoir passé une demi-heure à choisir un restau quand même...), et puis après une visite de la cathédrale, un coca light englouti à la vitesse de la lumière (enfin, paraît-il, moi je me rends plus compte), et un Ipod en chocolat, nous revoilà dans la bibliothèque municipale, où se pressent la plupart des auteurs.

Ambiance énigmes, meurtres et siècle dernier pour la future rencontre : David Francois, pour l'Etrange affaire des corps sans vie, chez Paquet. Cet album me turlupinait depuis Angoulême, mais je ne l'ai pas encore lu. Néanmoins, l'auteur fut très cool, malgré une turbulente jeune fan de 3 ans au rire bruyant quoique communicatif, et il a apparemment pas mal de projets. Puissent-ils se réaliser.


Francois

Et puis on passe à un auteur que j'avais déjà rencontré cette année au festival du livre de Paris, et que vous devez connaître si vous cliquez sur les liens mis à votre disposition à droite ici, j'ai nommé Boulet.

Flashback


Salon du livre 2007

Bah oui, pasque je vous ai pas dit que j'avais rencontré l'homme que j'adorais avant à cause de ses dessins, mais que j'idolâtre maintenant pasqu'il aime pas les kazoos non plus (private joke inside).

Il dédicaçait au stand Bragelonne, pour les illustrations qu'il a fait dans le recueil de poèmes sales : "Tous malades". Enfin bref, il est aussi chouette que ses oeuvres.

boulet_blog

Et puis, pour clore ce flashback, j'ai aussi rencontré ce jour là le dessinateur de la série qui me tenait le plus  coeur dans Spirou, avan qu'on résilie l'abonnement, j'ai nommé "Marzi". C'est l'histoire d'une jeune polonaise pendant les dures années, et c'est vraiment une bouffée d'air frais. Le scénario est basé sur la vie de la scénariste elle-même, Marzena Sowa, qui se trouve être la femme du dessinateur, Sylvain Savoia, et, comble de tout, ils sont tous les deux bourrés de talent.

savoia

savoia2


Bref, on en était à :

Et voici donc la dédicace de Boulet obtenu cette fois à Amiens, cette année, avec mon personnage favori de Donjon :

Boulet

Ensuite, j'ai fait dédicacer un album que je ne connaissais pas, mais qui me faisait de l'oeil depuis un moment : "Comment je me suis fait suicider", par Sebastien Vassant. Et bien m'en prit, parce que c'est la dédicace que je préfère de ce salon. Je sais pas pourquoi, mais j'ai flashé sur elle. Assez instinctivement, mais bon. On ne commande pas, quelquefois...et je recommande l'album, paru chez les Requins marteaux (qui décidément me charment depuis quelque temps).

Vassant

Bon, ca va, vous vous êtes pas endormis. Bon. Continuons alors.

Après donc cette bonne journée, on passe quand même voir à l'autre salle où dédicacaient trois auteurs que je voulais voir : Marchetti (que je verrais finalement, après avoir cru qu'il partait), Ralph Meyer (que je savais que je ne verrais pas, puisque le monde entier semble se presser quand il dessine), et Daniel Goossens, ma nouvelle idole, devant lequel je parais plus idiot qu'une fan de Julien un soir de finale de Nouvelle star...comment je le sais? Parce que je l'ai vu...(mais non pas Julien...)

Flashback

The Macarel Institute of Modern Gag en dédicace le 5 Avril dernier

Grosse, voire très chaude ambiance ce soir-là : Thomas Dutronc, que je ne connaissais pas, mais qui joue du jazz manouche comme pas deux, et puis surtout, mes quatres icônes de la BD actuelle, réunies en un même endroit, pour dédicacer et discuter. Si c'est pas monumental ! (Clic ici pour voir des photos...)

Et donc, j'ai enfin pu voir celui que j'adule, que je vénère au plus haut point (essayez de vous imaginer pour voir...ben non, c'est encore plus que ca) : Daniel Goossens.

Et donc, après avoir passé la sécurité (parce que monde dingue, chaleur et mauvaise organisation ont fait que les gens se présentaient devant les auteurs dans le délire le plus total, et que des agents de la sécurité faisaient un cordon deux mètres devant la table), je m'approche, dit deux mots sur notre amour visiblement commun du cinéma et des monty pythons, et me voilà, l'homme le plus heureux du monde, ou presque.

goossens

Oui presque, puisque 10 minutes après, me voilà devant le grand, l'immense Guillaume Bouzard, pour la deuxième fois cette année (ha, non, pas de flashback cette fois, c'est raconté ). Et qu'enfin, là, j'étais l'homme le plus heureux du monde.

bouzard_3

Ceci dit, j'aurais pu être encore plus heureux si la Fnac n'avait pas fermé alors qu'il restait seulement 40 personnes devant Manu Larcenet et Jean-Yves Ferri, et que je m'apprêtais à entrer dans la file. Heureusement que je l'avais déjà vu cette année.

anotga001

(Que celui qui sait pourquoi cette image est là le dise, et il gagne un poster de Ratafia)

Virgin des champs, plus tôt cette année-là...

Hé oui, j'ai vu cette année Manu Larcenet et Yan Lindingre, pour dédicacer "Chez Francisque", un album drôlissime. Et j'ai pas été déçu, puisque Manu Larcenet a dessiné mon portrait.Bon, ok, dans 40 ans, cadre et alcoolique, mais bon, ca fait bizarre de se voir scruter du regard par votre idole. Bref, j'étais bien heureux ce jour-là, encore...

dedicace_larcenet_lindingre


 


Donc, je n'ai pas vu Daniel Goossens pour la deuxième fois, tant pis. Mais j'ai donc vu Christophe Marchetti, pour son album "La tranchée". Et là, je suis aussitôt tombé en pamoison. Bon, moins coup de coeur que la précédente, mais quand même! Je l'avais raté au festival du livre 2006 (les organisateurs l'avaient annoncé présent le vendredi où j'y étais, mais l'auteur lui-même m'a dit que c'est sûr, il n'y était pas, c'était son premier festival, il s'en souvient bien), mais je regrette pas du tout d'avoir attendu. Quelle claque !

Marchetti

Et voilà donc pour cette journée, terminée par une viste de l'expo consacrée à l'auteur de la superbe affiche de cette année, Jirô Taniguchi. Expo courte finalement, mais qui donne vrament envie de découvrir l'oeuvre du bonhomme.

Et voilà aussi pour ce post / cadeau d'anniversaire. Bizoux champion.

 

Posté par biotgosse à 00:00 - Mes dédicaces - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    Sacrée cuvée dis donc!

    sinon pour le another world, je dirais un relent d'humour anglais (peut être monty pythesque), construit sur un comique de répétition, ensuite subtilement dévié par une analogie qui fait perdre le sens initial, d'où blagounette, poilade et autre rigoladerie...

    Posté par Nightwing, 15 juin 2007 à 05:26
  • Non, dsl, c'est pas ca

    pour Another world, il y a une raison plus..."geek" disons.

    Posté par Biotgosse, 15 juin 2007 à 23:38
  • C'était le même créateur que Flashback déjà non?

    Ah, y'avait peut être un des dessinateurs qui a bossé sur le design..

    Ou encore une allusion dans un des textes d'un des auteurs...

    Posté par Nightwing, 16 juin 2007 à 17:54
  • de lien en lien, je viens de tomber sur ta note. Je suis super flatté ! merci beaucoup !

    Posté par seb vassant, 12 août 2007 à 23:59

Poster un commentaire